Appelez-moi Céleste !

weekend-escargot2 Il est loin le week-end, il est loin !

Ma (jolie) Mouthe, de son petit nom, londonienne d’adoption, est venue me rendre visite à Paris !

Ce fut merveilleux et grandement délicieux (brunch en terrasse du Point Ephémère – glace à la pistache – glace à la mangue – glace au spéculos – apéro et promenades le long du canal Saint Martin – jap de circonstance – c’est une institution – et j’en passe…)

Nous avons donc arpenté la ville sous un grand beau soleil.
Et bien évidemment, qui a encore fait des siennes ?
Je vous le donne dans le mille, toujours la même : ma carte bancaire – chez Antoine et Lili. Après une longue visite du quartier de Pigalle et de son Moulin Rouge, je pense qu’en les voyant, elles se sont montrées à moi comme une évidence.

Le temps d’un instant, me voici donc dans la peau de Céleste Mogador, l’investigatrice du Cancan. Et oui ! A partir de ce jour, quand l’envie de cette danse endiablée me prendra (?!!), elles seront ma malicieuse excuse pour agiter ma jupe à frou-frou avant d’atterrir devant les yeux ébahis de mon public en furie en grand écart sauté en poussant le petit cri strident de circonstance : « Hihihihihihya » !

Ma souplesse légendaire, que voulez-vous !

1 OK IMG_3423 ok 2 OK IMG_3282 ok 3 OK IMG_3391 OK 3B OK IMG_3366 OK 4 OK IMG_3372 OK 5 Ok IMG_3417 Ok 6 OK IMG_3460 OK 7 IMG_3436 OK8 IMG_3449 OK 9 IMG_3451 OK

Prunelle

tresor okIl est de ces petits objets insignifiants de prime abord, sans grande valeur pécuniaire mais auxquels on tient vraiment, vraiment beaucoup.

Soit parce qu’ils nous évoquent un être cher, soit parce qu’on y est juste attaché, quel qu’en soit la raison.

Comme un pot à bijoux,
Une petite boîte à musique,
Un miroir ancien,
Une toute petite alliance pour un tout petit annulaire de grand-mère chérie…
et toutes ces petites choses, auxquelles on tient comme à la prunelle de ses yeux.

Noël approche à grands pas, Mais c’est qui ta sœur vous souhaite de très joyeuses fêtes!

OK 1 OK 2 OK 3 OK 4 OK 4b OK 5 OK 6 OK 7 OK 8

Petite robe noire

maje-escargot

Il y a des images et des souvenirs qui nous reviennent, ceux que la mémoire conserve incontestablement et auxquels on repense donc parfois, voire même souvent.

En ce qui me concerne, c’est elle qui m’y ramène, lorsque nous tombons toutes les deux nez à nez dans un coin de mon armoire: ma jolie robe Maje.

Celle d’un dimanche atrocement froid et sec d’hiver, offerte amoureusement lors d’une balade dans le quartier du Marais parisien.
Un doux et long baiser échangé, avant le retour à la maison, blottie comme une imbécile amoureuse sur la place arrière d’une vieille Vespa rouge.

Elle est un peu (carrément) trop petite, mais je la garde malgré tout… Vestige d’un amour précieux, d’une vie qui semble désormais bien lointaine.

Quant à toi, amoureux timide de mes souvenirs, je te range bien précautionneusement, à ta place, dans le tiroir de mes amours d’antan.

OK 1 OK 1b OK 2 OK 4 OK 5 OK 5b Ok 6